ANTÉ MEMORIA
Exposition de sabrina biancuzzi
Dans le cadre du Festival Aperçu.




Vernissage le jeudi 8 juin à 18h.

Exposition du 3 au 30 juin 2017


L'exposition présente deux séries de Sabrina Biancuzzi : « Le 7ème passager » et « SHE ».

Toujours plongé dans l'inquiétude d'un passé oublié ou d'un instant qui file,
le travail de Sabrina Biancuzzi montre des parcelles de temps,
capturées comme des objets mis sous vitrines.





 











 







Interférences

Arnaud Thomas, Fabrice Laillier

Du 23 mars au 20 mai 2017.
Vernissage le jeudi 23 mars à 18h.

« Interférences » est une exposition faite de matières brutes et d'illusions, qu'elles soient photographiques ou autres. Tantôt perçues, tantôt imaginées, elles présentent le lien parfois étroit entre processus de fabrication et questionnement d'une image, lorsque celle-ci est présentée dans un certain contexte.


© Arnaud Thomas​




© Fabrice Laillier

 


Diegesis
Zacharie Gaudrillot-Roy


​Photogrammes recomposés - Zacharie Gaudrillot-Roy



Du 19 janvier au 11 mars 2017
Vernissage le jeudi 19 janvier à 18h.

Diegesis, ou diégèse – est l'univers d'une œuvre, ce qui est inclus dans la narration.
L'exposition mêle photogrammes tirés de films obscurs et visions d'une réalité déformée par la perception et l'influence des images cinématographique, nous plongeant dans un univers entre réel et fiction.





 



Avec les photographies de :
 

Philippe Accary - Marie Bienaimé- Pierre Bonetto - Christophe Boulard - Samuel Mailliot - Pascal Michalon - Patricio Michelin - Julien Minard - Noël Podevigne - Robert Pujade - Marie Noëlle Taine

Du 17 novembre 2016 au 14 janvier 2017.
Vernissage le jeudi 17 novembre à partir de 18h.


« Voici onze photographes qui proposent leur ailleurs, non pas dans le texte ou dans la langue, mais dans une géographie physique transformée par le regard, dans un espace imaginé ou fantasmé, dans un temps différé. » Marie Noëlle TAINE


​© Julien Minard

Produite à l'origine par Université Claude Bernard Lyon 1 en 2013.



FROM ON MY ROAD
photographies de Arnaud Brihay

Vernissage samedi 10 septembre de 15h à 20h
Exposition du 10 septembre au 5 novembre 2016




© Arnaud Brihay


Avec cette exposition monographique de Arnaud Brihay, nous découvrons le point de départ de la série From on my road, questionnement photographique sur la durée et le passage, prenant appui sur la culture cinématographique des road movies.

Commissariat : Laure Abouaf


 







ZONE DE REPLI
Photographies de Cedric Delsaux

Exposition du 12 mai au 25 juin 2016

Dans le cadre de France(s), Territoire Liquide




Pendant plus de dix-huit ans, Jean-Claude Romand a fait croire à sa famille et à ses amis qu’il menait une brillante carrière de médecin pour l’Organisation Mondiale de la Santé. Pour entretenir l’illusion, il ne rentrait chez lui que le soir, après avoir passé la journée à errer en voiture dans la région de Gex. Sur le point d’être découvert, il assassina sa femme, ses deux enfants et ses parents. Au terme de son procès, il fut condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Les photographies de Cédric Delsaux ne racontent pas directement la terrible histoire de Jean-Claude Romand ; elles tentent plutôt de suggérer son état d’esprit ou sa perception du monde d’alors. Ces photographies explorent l’environnement dans lequel Jean- Claude Romand passait ses « journées de travail », voyageant toujours seul. Comment ces paysages l’influençaient-ils ? La claustrophobie affleure dans ces images, le paysage apparaît comme un piège dont il ne pouvait sortir qu’après des heures d’attente quotidienne... avant de rentrer chez lui, où un autre piège l’attendait : celui de l’image trompeuse dans laquelle il s’était lui-même enfermé.

 

© Cedric Delsaux

 



 


LE CIEL ET LA POUSSIERE

Du 24 mars au 7 mai 2016

Le ciel et la poussière. Entre ces deux pôles, ces photographes sont parties en errance, à la recherche des restes du monde :
espaces abandonnés, fragments de papiers récupérés, égarements d'une nuit.
Chacune, sous une forme différente, questionne et renouvelle l'image d'un monde en devenir.


Les photographes et séries présentées :

 

 

Pour l'éternité
Jeannie Abert
 Terrain Vague
Emmanuelle Coqueray 
Cosmos
Berangère Fromont



Commissariat : Lise Dua et Zacharie Gaudrillot-Roy.
 





D'APPARENCE

Du 4 février au 19 mars 2016


L’exposition D’APPARENCE propose d’interroger notre relation à l’image,
en créant un dialogue entre différents supports de la lumière, qu’elle soit capturée ou projetée.
D'APPARENCE réuni les travaux de Melania Avanzato et Zacharie Gaudrillot-Roy.


Vernissage jeudi 4 février à partir de 18h.





 




FRAGMENTS : Exposition collective / Vente de photographies


Dans le but de créer un dépôt vente pour des tirages photographiques de petits formats, l'exposition présente plusieurs « fragments » de séries de divers photographes :

Helene Katz
Nicolas Marchand
Laure Abouaf
Benjamin Lorieau
Maxime Simon
Lise Dua
Julien Minard
David Duchon Doris
Roame Ipsum
Melania Avanzato
Zacharie Gaudrillot-Roy
Benjamin Larderet
Stephane Charpe
Arnaud Thomas
Julien Richetti
Veronique Levesque
Julien Roche
Alison McCauley
Julie Monestier
Charlotte Houot





SLEEPERS

photographies de Julien Minard


Du 5 novembre au 12 décembre 2015


En février 2015, je fais une traversée sud-nord de l’Inde par le rail : 80h dans le Himsagar express qui part une fois par semaine de Kanyakumari, la pointe sud du pays, et qui remonte en zigzag jusqu’à Jammu, capitale d’hiver du Jammu-et-Cachemire.
Sleepers fait référence au nom de la classe dans laquelle je voyage, tout autant qu’à l’activité principale qui règne dans le train. Les photographies de la série Sleepers font se rapprocher plusieurs réalités de l’Inde contemporaine, liées par l’unité d’un voyage en train, sans délaisser la part de rêverie qui caractérise tout voyage.


 



ROAME IPSUM
photographies de Thaïva Ouaki



© Thaïva Ouaki

Du 1er au 31 octobre 2015

La démarche de Roame Ipsum questionne la notion d'identité au travers des cadres imposés à l’Homme. Confrontée à l'espace social et normatif, au passage du temps, aux mouvements du sensible, elle est mise en perspective avec celle de liberté.
Ses séries laissent les photographies dialoguer les unes avec les autres, ou bien "faire corps" pour défendre un même propos.
Leur récit est volontairement laissé ouvert pour ne pas s’en tenir à l’anecdote, interpeller une sensibilité commune et plus largement, solliciter le spectateur au travers de son interprétation des images.



 





Le collectif CHUT! Libres (Sarah Bouillaud, Yann Castanier, Marie Delagnes)  et Zacharie Gaudrillot-Roy présentent l'exposition MONDOVISION

Du 21 mai au 04 juillet 2015.

Vernissage jeudi 21 mai à partir de 18h.





L'EXPOSITION :

MONDOVISION exprime le paradoxe de la simultanéité et de la multiplicité des regards possibles sur le monde depuis l’avènement des internets et des nouvelles technologies de la communication. Il est possible de voir le monde instantanément, dans sa quasi-totalité, à n’importe quel moment. 

Aujourd'hui, il ne s'agit donc plus de savoir si l'on voit, mais de savoir comment l'on voit. Il s'agit d'interroger la position du créateur et du spectateur. Regards intimes, parcours du monde, imaginaire ou réminiscences du passé constituent autant de perspectives et de choix.

Par la confrontation des images et des approches, MONDOVISION met en exergue cette réalité composite et intersubjective qui affleure.




LE COLLECTIF :

CHUT! Libres est un label photographique créé en 2008. Il rassemble des photographes de la nouvelle génération, des styles distincts qui expriment différentes visions du monde. Il s’agit de saisir le réel et l’imaginaire entre documentaire et création contemporaine ; de saisir le monde en mouvement entre nouveaux objets médiatiques et pureté photographique. Ces sensibilités se complètent, s’affrontent et se répondent pour transcrire la complexité du monde.
 
CHUT! Libres est un gage de qualité. Le label crée une reconnaissance et une identification des photographes et de leurs sujets sur le long terme. C’est un point d’ancrage pour les professionnels et le public, un guide qui permet de se repérer au fil des années et d'être assuré de trouver le même engagement à chaque travail.
 
CHUT! Libres, c'est une coopération qui s’établit dans un souci de l’autre, de construction et de partage de solutions liées aux nouveaux enjeux de la sphère photographique.
 
CHUT! Libres, c’est la photographie de demain.

Bienvenue au coeur du monde, boum-boum !
T’as entendu ?
Il y a de la vie.





Le site du collectif CHUT! Libres : www.chut-libres.com





Les Maquis
photographies de Antoine Bruy



 

© Antoine Bruy

 


Exposition du 12 mars au 9 mai 2015





"Depuis 2010, j’ai voyagé à tra­vers l’Europe avec le but de ren­contrer ces hommes et femmes qui ont fait le choix radi­cal de vivre loin des villes, en rup­ture avec un mode de vie qu’ils consi­dè­rent bien sou­vent comme étant obsédé par le ren­de­ment et l’effi­ca­cité et qui aurait la consom­ma­tion pour seul hori­zon.

Dépourvu d’iti­né­raire précis, forcé par les ren­contres et le hasard, ce voyage aura pris à mes yeux le sens d’une quête ini­tia­ti­que fina­le­ment simi­laire à celles de ces famil­les. Huit de ces expé­rien­ces sont ici rela­tées, et sui­vent des des­tins bien par­ti­cu­liers. Dans ce tra­vail, c’est moins une pro­fon­deur poli­ti­que et théo­ri­que que j’ai cher­ché à sonder qu’une pra­ti­que quo­ti­dienne et immé­diate, d’où une cer­taine néces­sité d’opérer un tra­vail de déta­che­ment face à des images qui nous for­cent pour­tant à nous posi­tion­ner.

L’hété­ro­gé­néité des lieux et des situa­tions ren­contrées nous montre en effet le magni­fi­que para­doxe de la pour­suite d’une utopie par des tâton­ne­ments empi­ri­ques per­ma­nents. Constructions ins­ta­bles, récu­pé­ra­tion et détour­ne­ments astu­cieux, ou encore appli­ca­tions de théo­ries agri­co­les hété­ro­cli­tes don­nent ainsi à voir la richesse des tra­jec­toi­res humai­nes. Les stra­té­gies déployées visent à une plus grande indé­pen­dance énergétique, ali­men­taire, économique ou sociale. Il y a là comme une réponse spon­ta­née aux socié­tés que ces « néo-ruraux » ont quit­tées mais dans cer­tains cas, le doute et les incer­ti­tu­des pla­nent. L’espace a ainsi beau être exploité, il n’est jamais soumis ; le temps, lui, a perdu sa linéa­rité tendue pour deve­nir un rythme lent et réflé­chi. Plus de tic-tac mais le ballet des jours et des nuits, des sai­sons ou des cycles lunai­res."

Antoine Bruy



 

 





En partenariat avec MIRAGE FESTIVAL
l'Abat-Jour accueilla le travail des artistes Ewelina Aleksandrowicz et Andrzej Wojtas
alias Pussykrew

Vernissage d'installation : jeudi 26 Février

Horaires d'ouverture
Vendredi 27 et samedi 28 février (14h - 19h)
Dimanche 1er mars (14h - 18h)

Pour plus d'infos sur l'événement : www.miragefestival.com

Et pour voir un des travaux du Pussykrew c'est ICI !


 


 



RENCONTRES
projection photo pendant la fête des lumières


A l'occasion de la fête des lumières à Lyon, L'ABAT-JOUR proposa une projection de plusieurs séries photographiques axées sur le thème « Rencontres »,

En photographie, les « Rencontres » sont multiples, elles peuvent se retrouver dans l'acte même photographique, la rencontre avec le sujet et tout ce que celle-ci peut apporter au travail photographique.

La photographie peut-être faite de rencontres multiples, elle peut aussi poser son regard sur cette idée, illustrer ou raconter l’interaction humaine.

L'idée de « rencontres » c'est aussi l'instant qui vient après l'acte photographique, par le fait de partager son regard, la rencontre entre la photographie et le regardeur.



à cette occasion, une vingtaine de séries ont été présentées.

Brigitte Lustenberger   ///   Julien Coquentin   ///   Julie Coustarot   ///   Bas Losekoot   ///   Vincent Gouriou   ///   Antoine Bruy   ///   Guillaume Amat   ///   Florence Brochoire   ///   Olivier Seignette   ///   Benoit Arridiaux (collectif Bellavieza)   ///   Alison McCauley   ///   Marja Pirilä   ///   Dario-Jacopo Laganà   ///   Julien Benard   ///   Julien Roche   ///   Olivier Metzger   ///   Lucie Dufour (collectif la Grotte)   ///   Anna Di Prospero   ///   Clara Di Cesare   ///   Julie Hascoët   ///   Lucie Jean   ///   Rose-Marie Loisy   ///   Benjamin Malinge   ///   Adeline Praud   ///   Eleonora Strano







SHADOW OF A DOUBT
photographies de Alison McCauley

À l'heure où le soleil est bas et où les ombres s'allongent, la lumière vient mettre en valeur le plus important, laissant le reste plongé dans l'ombre.

La vision d'Alison sur les passants et les scènes de vie urbaines transforme alors la rue en décors théâtraux, apportant une part de drame, de complexité et de mystère à des scènes pourtant quotidiennes.

La photographie de rue, c'est avant tout cela : montrer que la vie de quiconque n'est jamais banale, il suffit juste de regarder les choses avec des yeux nouveaux, et Alison nous offre ici son regard.

Exposition présentée à l'Abat-Jour
du 4 septembre au 8 novembre 2014
dans le cadre des Itinérances de Photo Docks Art Fair.


© Alison McCauley

 

 





ZONES A DEFENDRE
occuper pour protéger

photographies de Benjamin Larderet

Occuper pour protéger raconte l’histoire des femmes et des hommes qui ont décidés de mener un combat: celui de défendre les sites naturels menacés, en refusant de déléguer leur autonomie et en occupant le terrain.

Notre-Dame-des-Landes en est l’emblème, mais de multiples autres lieux de résistances existent pour tenter de faire avorter les grands projets d’aménagements, qualifiés par leurs opposants « d’inutiles et imposés ».

Lieux photographiés :

- Aéroport de Notre-Dame-des-Landes (44)
- Grand stade de l’Olympique Lyonnais à Décines (69)
- Ligne ferroviaire à Grande Vitesse Lyon-Turin (Val Susa, Italie)
- Scierie et incinérateur industriel ERSCIA dans le Morvan (58)

Documentaire photographique réalisé entre 2012 et 2013

exposé du
15 mai au 14 juin 2014

Exposition réalisée par Kenia Sadoun et Noémie Blumet et Nicolas Stankova.

 





EXPOLAROID
exposition collective

En 2014, l'Abat-Jour a fait partie des nombreux lieux exposant pendant le mois du Polaroid.

du 27 mars au 10 mai 2014


Une exposition collective regroupant les travaux photographiques de :

Guillaume Ducreux, Virginie Plauchut, Nicolas Poizot et Maxime Simon, tous travaillant avec un support instantané.


 






18 degrés Est
exposition collective


Vingt ans après la fin des conflits, comment un pays peut se relever d'une blessure balafrant la moitié de l'Europe de l'Est ? Un livre sur les traces de la guerre d'Ex-Yougoslavie en Bosnie et en Croatie.

le jeudi 5 septembre 2013,
PLASMA lança son livre de photographie "18 degrés Est" (du collectif Eclectik Staff)

A cette occasion, une exposition présenta les travaux des 4 photographes du collectif :

Melania Avanzato   ///   Clara Cuzin   ///   Fabrice Laillier   ///   safran



 





12 jours à Beyrouth
photographies de Samuel Arnaud

Le Liban est un pays intriguant, riche en cultures mais depuis très longtemps fragilisé par un contexte politique et géographique compliqué. Ici, cohabitent plusieurs ethnies, plusieurs religions et origines. Ce pays compte trois langues officielles et un système politique basé sur la troisième république française.

Plus que le côté politique, Samuel Arnaud s'est intéressé aux gens et à leur quotidien, à travers la jeunesse particulièrement. Celle qui reflète d'une certaine manière la situation d'un pays, qui subit tout les aspects d'une société sans pour autant pouvoir en changer les choses radicalement... un regard est alors exposé, d'une part à travers cette jeunesse, de l'autre à travers l'objectif du photographe.


« Je me suis concentré sur la jeunesse libanaise afin de collecter plusieurs histoires et visions sur la situation du pays. Ces témoignages que j'ai ensuite comparé avec ma vision
personnelle, moi, le photographe français me trouvant pour la première fois dans ce pays, dans cette culture que je découvre. »


12 jours se sont écoulés, et à travers ce patchwork fait de rencontres et d'errances, une ambiance s'installe, celle d'un pays, d'une population, d'un environnement.


L'exposition se déroula du 24 mai au 22 juin 2013

 

Top